Les compléments alimentaires minceur : qu’en penser ?

Les compléments alimentaires minceur sont très prisés depuis quelques temps, car ils permettent non seulement de perdre du poids rapidement.

Et, si possible, sans faire de régime… 

Effectivement, ils peuvent être composés de

Et se présenter sous toutes les formes : gélules, comprimés, poudre ou ampoules. 

Toutefois, les compléments alimentaires en gélules sont les plus répandus. 

Quoi qu’il en soit, leurs propriétés nutritionnelles ou physiologiques les rend bénéfiques à la santé.

les compléments alimentaires minceur sont simplement des aliments riches en nutriments et dont l’objectif est de compléter l’apport nutritionnel de votre alimentation.

Cependant, ils sont soit 

  • critiqués pour les risques éventuels qu’ils représentent, soit 
  • appréciés pour les bienfaits qu’ils procurent.

En tout cas, ils ne laissent pas indifférents, notamment en raison de leur statut. 

En effet, les autorités sanitaires leur prêtent des propriétés thérapeutiques qui les assimilent à des médicaments. 

Par conséquent, pour s’en procurer, il faudrait se tourner vers un professionnel de la santé.

Or, la médecine conventionnelle ne prend pas en compte les maux chroniques qu’elle considère comme bénins.

De fait, cela crée un obstacle difficilement contournable en cas de choix d’auto-médication. D’où les critiques.

Lire la suite de “Les compléments alimentaires minceur : qu’en penser ?”

Le régime dissocié : perte de poids rapide, à quel prix ?

Le régime dissocié –dont le régime Shelton, le plus ancien– se fonde sur une stricte séparation des aliments en fonction de divers critères. 

En d’autres termes, le régime dissocié

  • permet de manger tout à condition que ce soit à différents moments. 
  • De plus, il facilite une perte de poids rapide.

Deux conditions qui en font un régime tendance. 

Par contre, il n’est pas toujours facile à suivre à cause des 

  • règles à observer
  • frustrations liées à la monotonie des repas.   

De fait, le régime dissocié est une sorte une mono-diète déguisée, que vous suivez de façon quotidienne ou hebdomadaire et qui varie selon la formule. 

Le régime dissocié est une sorte une monodiète déguisée, que vous suivez de façon quotidienne ou hebdomadaire et qui varie en fonction de la formule.

Au final, le régime dissocié vise à un prompt rassasiement afin de 

  • réduire l’appétit et 
  • accélérer la fonte des kilos.  

En réalité, il existe plusieurs régimes dissociés dont les plus célèbres sont les méthodes Montignac ou Antoine.

Le régime Antoine 

Au fond, c’est une monodiète consistant à ne consommer qu’un seul aliment par jour. 

Ainsi, se déroule votre semaine  : 

lundi : légumes ; mardi : viande ; mercredi : œufs ; jeudi : laitages ; vendredi : poisson ; samedi : fruits ; dimanche : féculents.

Lire la suite de “Le régime dissocié : perte de poids rapide, à quel prix ?”

L’index glycémique : mieux que les calories ?

L’index glycémique (ou indice glycémique) mesure la vitesse d’assimilation d’un aliment. 

Et du coup, la vitesse de concentration de glucose dans le sang après son ingestion. 

En fait, il permet de comparer le pouvoir glycémiant de chaque aliment.

À l’origine, l’index glycémique (IG) a été établi afin d’aider les diabétiques à mieux contrôler leur alimentation.

En effet, les aliments à index glycémique élevé produit de fortes sécrétions d’insuline, une hormone qui déclenche la faim. 

Seulement, une grande quantité d’insuline dans le sang entraine le stockage du glucose alimentaire sous forme de graisse. Et donc, l’augmentation du poids.  

Bien sûr, les diététiciens se sont vite aperçus de l’astuce pour provoquer une perte de poids rapide chez leurs clients. 

L’index glycémique (ou indice glycémique) est la mesure de la vitesse d’assimilation d’un aliment. Et donc, la vitesse de concentration de glucose dans le sang après l’ingestion.

D’ailleurs, le calcul de l’index glycémique entre dans la composition de nombreux régimes amaigrissants dont le régime Miami et le régime Thonon. 

Pourquoi, est-il important de le calculer ?

De fait, en cas de régime, il fournit une bonne indication du taux de glycémie dans le sang. 

Cependant, lorsqu’ils sont élevés, ces taux causent

  • des pics de glycémie, ainsi que l’augmentation des triglycérides et du mauvais cholestérol (LDL). 
  • Qui plus est, ils sont généralement suivis d’une baisse rapide d’énergie qui pousse à absorber des aliments sucrés, riches en gras. 

Ainsi s’installe un cercle vicieux…  

Lire la suite de “L’index glycémique : mieux que les calories ?”

Les lipides interdisent-ils de maigrir ?

Les lipides, ou graisses alimentaires, font partie –avec les glucides– des macronutriments qui n’ont pas bonne presse.

En effet, dans l’imaginaire collectif, ils représentent ce qu’il faut bannir si l’on veut

  • garder une bonne santé (cholestérol, maladies cardiovasculaires)
  • perdre du poids (obésité).

Or, les lipides ne sont pas les seuls à générer des graisses.

En vérité, tout aliment qui n’est pas « brûlé » par une activité physique se transforme en graisse… 

Néanmoins, ils apportent en moyenne 9 kcal/g. 

Les lipides ne sont pas les seuls aliments à générer des graisses. Toute nourriture qui n’est pas « brûlée » par une activité physique se transforme en graisse…

Par conséquent, il semble évident, pour maigrir,

  • soit de les supprimer carrément
  • soit de les réduire drastiquement.  

Contribution des lipides

Pourtant, comme les glucides, ils sont 

  • une importante source d’énergie pour le corps humain,
  • indispensables pour la santé des membranes cellulaires, du système nerveux.

De plus, ils

  • haussent le métabolisme et favorisent le bon fonctionnement hormonal.
  • facilitent l’absorption des vitamines A, D, E et K.

Enfin, ils fournissent les acides gras « essentiels » qui ne peuvent être synthétisés par l’organisme.

Lire la suite de “Les lipides interdisent-ils de maigrir ?”

Les glucides : les ennemis des régimes ?

Les glucides souffrent généralement d’une image négative auprès du grand public. Souvent, d’ailleurs, véhiculée par certains médias.

En effet, ils sont accusés de 

  • faire grossir rapidement ;
  • causer du diabète ;
  • être addictifs.

Aussi, certains régimes amaigrissants sans glucides en font l’ennemi public numéro 1. 

Les glucides lents se transforment en glycogène (réserve en sucre de l’organisme) plus lentement et possèdent un potentiel de mobilisation modéré.

Par exemple, le régime hypoglucidique intensif (Low Carb) qui en affiche 75 à 100g /jour.

Ou bien, le régime cétogène (keto) qui joue sur une baisse drastique des glucides et le déstockage des graisses du foie.  

Effectivement, pour ce régime –qui utilise les corps cétogènes comme carburant de substitution–, l’apport en macronutriments est en moyenne :

  • 5% de glucides ;
  • 20% de protéines ;
  • 75% de lipides. 

Les glucides : apport

Pourtant, les glucides sont indispensables au bon fonctionnement de l’organisme.

Lire la suite de “Les glucides : les ennemis des régimes ?”

Maigrir à 50 ans, plus facile qu’on ne croit

Maigrir à 50 ans, et plus, paraît généralement plus dur, parce que l’on a tendance à prendre du poids au moment de la ménopause.

En effet, à la ménopause s’opère un dérèglement hormonal –accompagné de transformations physiologiques (bouffées de chaleurs, …), émotionnelles et psychologiques (libido, sautes d’humeurs)– qui modifie l’appétit et facilite la rétention d’eau.

D’où quelques kilos en trop (en moyenne 7kg).

Maigrir à 50 ans, et plus, paraît plus difficile, parce que l’on a tendance à prendre du poids au moment de la ménopause.

Qui plus est, la ménopause signe l’arrêt de l’hormone de croissance, la somatotrophine, responsable du maintien de la masse musculaire. 

Par conséquent, les muscles s’atrophient, avec une perte de volume et de force. Ce qui favorise l’accumulation des graisses.

Toutefois, pour ce qui est de maigrir à 50 ans, la ménopause est moins en cause que le début du vieillissement. 

Lire la suite de “Maigrir à 50 ans, plus facile qu’on ne croit”

Les médecines douces minceur : à tester

Les médecines douces sont surtout connues comme alternatives à la médecine allopathique.

En effet, elles ont prouvé à maintes reprises qu’elles pouvaient même la remplacer.  

De fait, l’homéopathie, la naturopathie, la phytothérapie, l’aromathérapie ou l’hypnose ne se présentent plus. Elles ont montré leur efficacité à toute épreuve. 

À ces méthodes plutôt répandues s’ajoutent de nouvelles, venues d’Asie, telles que l’acupuncture, le Qi Gong, le Tai Chi ou encore la méditation et le yoga.

Parmi les médecines douces, on compte, bien sûr, l’homéopathie, la naturopathie, la phytothérapie, mais aussi l’acupuncture, le Qi Gong, le Tai Chi ou encore la méditation et le yoga.

Quoi qu’il en soit, ces techniques alternatives sont aussi appréciées, entre autre, pour :

  • la gestion du stress et des émotions, 
  • le traitement de la douleur, 
  • l’allègement de la dépression, 
  • le vieillissement,
  • le bien-être, …

Et, bien entendu, la perte de poids.  

Lire la suite de “Les médecines douces minceur : à tester”