Se motiver : se ré-atteler à ses bonnes résolutions en cours d’année

Se motiver est peut-être ce qu’il faut pour se ré-attaquer à ses bonnes résolutions en cours d’année.

L’idée de cet article m’est venue d’un évènement interblogueurs qu’avait organisé Olivier Roland à la fin de l’année dernière. Et même si nous sommes bien avancés dans l’année, j’ai eu envie d’en donner une suite, mais en l’exploitant sous un autre angle. Celui de la motivation.

Se motiver est une expression courante qui, à mon sens, indique une certaine contrainte. En tout cas, que l’on se force –quelles qu’en soient les raisons– à faire quelque chose vers quoi on n’est pas nécessairement porté.

Si par exemple je dis : « je me suis motivée à écrire cet article… », même si cela sonne ok, je n’aurais pas le sentiment d’obtenir le même effet que si je disais : « j’ai eu envie d’écrire cet article… ».

L’utilisation du mot envie suggère immédiatement un certain plaisir. (Ce qui est le cas.) Ou une inclination, comme dirait Pascal.

Comment se motiver pour aller au bout de son projet ?

Qui ne s’est pas dit en début d’année : « Cette année, je me remets à l’anglais », ou, « je perds 5 kilos «, ou encore, « j’apprends à cuisiner » ?

Plein(e) d’excitation, vous avez acheté des livres de grammaire anglaise, commencé à surveiller votre alimentation, ou vous êtes inscrit(e) à un cours de cuisine. Et puis l’excitation est retombée comme un soufflet. Vous n’en avez plus eu envie…

La difficulté des personnes comme vous, c’est qu’elles ont du mal à se motiver. L’enthousiasme –ou l’excitation– qui les habitait n’est plus là.

Lorsque l'excitation et l'enthousiasme ont disparu, on n'arrive plus à se motiver dans la vie

Le train-train quotidien, les priorités qui s’accumulent, les jours passent… Vous êtes englué(e) dans la routine, et l’année s’achève sans que soit mise en place la moindre action pour mener à bien votre projet. C’est se motiver qui pose problème.

Pourquoi est-ce si difficile de se motiver, et de le rester ? Et comment faire pour ne pas décrocher au milieu de l’année ou même avant ?

Se motiver : le rôle des émotions

Se motiver se définit en général comme un ensemble de réflexions sur une action à prendre. Se motiver, c’est aussi soupeser le pour et le contre de son passage à l’action. Enfin, se motiver étant un verbe réflexif, cette action s’applique à soi, et est, bien sûr, déterminée de l’intérieur.

Il y a donc trois éléments essentiels dans le fait de se motiver : une réflexion, une évaluation des moyens à sa disposition, une décision.

Pour utiliser une image simple, je dirais que l’évaluation équivaut au fuel –ou à l’huile– qui alimente ou fait tourner votre moteur, et la décision, à mettre le contact.

Et en effet, la motivation est souvent considérée comme le moteur de l’action.

Ainsi, chaque fois que vous êtes motivé(e), cela signifie que vous évaluez positivement l’action à mener, et que le contact est mis. 

De ce fait, vous direz : « j’ai envie » ou « je n’ai pas envie » de… Et il ne vous restera plus qu’à agir. C’est-à-dire à conduire votre vie.

« J’ai envie de partir en vacances avant le début de l’été. » Ou « j’ai envie de commencer un régime amaigrissant. »

Une émotion positive accompagnant un choix ou une décision, permet plus facilement de se motiver

Parce que vous avez envie, vous êtes motivé(e), vous passez à l’action.

Dans le cas du « je n’ai pas envie de… », celui(celle) qui n’arrive pas à se motiver se sent bloqué(e), incapable d’avancer. Pour certains, cela peut même dégénérer en dépression.

La question fondamentale est de savoir pourquoi vous choisissez l’action, plutôt que l’inaction ? Et qu’est-ce qui vous pousse à le faire ?

Pour sortir de votre zone de confort, il faudra trouver une « bonne raison » pour se motiver. Mais surtout, quelque chose de plus grand que vous. Comme par exemple, vos valeurs, vos obligations ou devoirs, vos croyances, … –ou encore de la compassion vis-à-vis de vous-même– qui vous poussent (forcent ?) à vous dépasser.

D’ailleurs, en cas d’absence de cette « chose » ou de compassion pour vous-même, vous tomberez dans la rationalisation, la justification.

Par exemple : « Je travaille –sans être motivé(e), s’entend–, parce que je dois payer mon appartement, ma voiture ».

Ou, « parce que ça ne se fait pas de rester à la maison, quand on est en bonne santé ». 

Toutefois, en disant cela, vous passez sous silence le rôle essentiel que jouent les émotions pour se motiver. Des émotions cachées ou ignorées, telles que la curiosité, l’espoir, la fierté, … mais aussi la peur, la culpabilité, … accompagnent toujours votre décision.

Ce sont ces émotions qui la font pencher dans un sens ou dans l’autre, et par conséquent, font se motiver la personne. Ce sont donc les vrais moteurs de la motivation, et ensuite de l’action.

Ainsi, si je reprends les exemples précédents, il faut entendre : « Je vais travailler, parce que j’ai peur de perdre mon emploi ».

Ou, « Il y a plein de gens sans emploi, ce n’est pas bien, moi qui en ait un, de ne pas aller travailler ».

On peut alors conclure que sans émotions, pas de motivation ; sans motivation, pas d’action.

Il va sans dire que pour se motiver une émotion positive est plus favorable à l’action car elle engendre du plaisir.

Se motiver : et si vous essayiez l’engagement ?

En parcourant les pages de Wikipedia sur la motivation, nous pouvons lire :

« La motivation est, chez un organisme vivant, la composante ou le processus qui règle son engagement pour une activité précise.

« Elle en détermine le déclenchement dans une certaine direction avec l’intensité souhaitée et en assure la prolongation jusqu’à l’aboutissement ou l’interruption. »

Autrement dit, se motiver serait le résultat d’un processus neuro-biologique déterminant qui débouche sur un processus physiologique aux résultats garantis, ou non. On ignore si la motivation elle-même est un processus délibéré, décidé par un tiers ou par des facteurs indépendants de la volonté. En tout état de cause, il y a très peu de place pour le choix.

Néanmoins, il est certain que pour vraiment se motiver, il faut une part importante d’engagement.

S’engager, c’est prendre une décision radicale qui affecte durablement votre vie. En vous engageant, vous vous adressez directement à votre psyché. C’est-à-dire à l’ensemble de votre conscient et inconscient. Sans en oublier la dimension morale qui vous poussera à rendre des comptes si votre démarche échoue. Dans ce cas, la culpabilisation vous guette: « Je n’aurais pas dû … »

Par exemple : « Je m’engage à perdre 5 kilos, à changer de job, … »

La bonne chose, c’est qu’en fait, quand vous vous engagez, il y a très peu de place pour l’échec, pour ne pas dire aucune. Et cela, que vos émotions soient ou non positives. Vous pouvez presque vous en passer. C’est une question de vie ou de mort. Vous n’avez pas le choix.

Par conséquent, c’est peut-être la meilleure façon de se motiver.

D’ailleurs, chaque fois que j’ai moi-même voulu obtenir quelque chose d’important à mes yeux, c’est l’option que j’ai choisie.

En effet, lorsque vous vous engagez, les dimensions psycho-physiologique de votre personnalité sont sur la même ligne. Ou si vous préférez, le corps et l’esprit sont alignés. Pas d’hésitations, pas de tiraillements. Vous avez le feu vert…

Ce faisant, vous posez un défi à la partie inconsciente de votre cerveau, qui cherche aussitôt à obéir à cet appel.

L’inconscient vous servira alors sur un plateau d’argent tous les moyens pour y arriver. Les croyances limitantes s’effaceront d’elles-mêmes. Il ne vous restera plus qu’à agir puisque la voie vous est ouverte et que vous vous êtes engagé(e)s. Parole d’honneur !

S’engager est donc la seule, sinon la meilleure façon de se motiver dans toutes les situations.

Si malgré tout cela vous n’agissez pas, l’inconscient s’apercevra qu’il a été trompé. Il entrera dans sa phase résistance et/ou culpabilisation. Ce sera alors extrêmement difficile de vouloir se motiver de nouveau pour la même situation…

Nous verrons dans l’article suivant quelles sont les actions à prendre pour se motiver de nouveau, ou si vous préférez, pour se re-motiver.

Ma question du jour

Avez-vous été motivé(e) à aller au bout de vos bonnes résolutions ? Avez-vous été parfois dé-motivé(e) ? Qu’avez-vous fait ?

Réagissez ! Êtes-vous d’accord ? Pas d’accord ? 

Partagez votre avis.

D’ici là, vivez pleinement

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.