Régimes amaigrissants : à quoi servent-ils ? Font-ils perdre du poids ?

Les régimes amaigrissants sont habituellement conseillés pour se débarrasser des kilos superflus. Et pourtant…

Dans le précédent article, j’ai montré précédemment comment les neurosciences empêchait une perte de poids massive et durable sur le long terme.

Lorsque vous suivez des régimes amaigrissants à répétition, votre cerveau, avec l’aide active de votre biologie et de votre psychologie, se charge de vous faire retomber chaque fois dans les mêmes ornières. Perte de poids massive suivie d’un regain tout aussi massif de poids.

C’est le phénomène très connu du régime yoyo.

Les régimes amaigrissants obligent à surveiller son alimentation afin de garder la ligne

En effet –et c’est une découverte fondamentale des neurosciences–, quand le poids de ceux(celles) qui suivent des régimes amaigrissants baisse en-dessous d’un certain point, ces personnes ne brûlent plus seulement des calories.

En fait, elles produisent plus d’hormones qui attisent la faim, comme la ghréline, et trouvent le fait de manger plus gratifiant.

Ce point s’appelle le point de fixation, ou de positionnement. C’est le point auquel revient le corps à chaque fois que vous vous en écartez.

Le point de positionnement. Qu’est-ce que c’est ?

La suppression métabolique –c’est-à-dire la suppression temporaire du fonctionnement cellulaire afin d’éviter la souffrance des organes, notamment en cas de régimes amaigrssants et de perte de graisse– est l’une des ressources qu’utilise le cerveau.

Comme nous l’avons vu, en cas de régimes amaigrissants prolongés, votre cerveau crée un état de stress organique, contre lequel le corps devra lutter. Et cela, en reprenant le poids qui lui semble le plus bénéfique.

Le système de régulation du poids établi par le cerveau considère que votre point de positionnement correspond à votre poids correct. Que vous soyez, ou pas, d’accord.

Régime amigrissant : afin de garder constamment une taille mince, surveiller son poids

Si vous pesez 65 kilos et qu’en suivant un régime amaigrissant, vous atteignez le poids de 55 kilos, votre cerveau déclarera immédiatement un état d’urgence de famine. Il utilisera alors tous les moyens à sa portée pour retourner au poids « normal » de départ.

Cela se passe également chez les personnes obèses qui perdent plus de 30 à 40 kilos.

À noter que le point de départ peut également remonter à votre enfance. C’est une question de mémoire émotionnelle du corps, ou de génétique. Le corps revient généralement au poids le plus confortable (pour lui) que vous ayez eu dans votre vie.

Ceci explique que, parfois, certaines personnes gagnent plus de poids après un régime amaigrissant.

Il faut se souvenir ici que le cerveau et la biologie sont programmés afin de lutter contre toute famine, réelle ou potentielle. Les régimes amaigrissants en font partie.

Cette coordination du cerveau explique la raison de la difficulté à perdre du poids, et surtout, à le maintenir au niveau voulu. Que le poids soit perdu lentement ou rapidement.

Par exemple, un homme obèse a une chance sur 1300 d’atteindre le poids normal en l’espace d’un an. Une femme, une chance sur 680.

Les chercheurs en sont arrivés à la conclusion que les régimes amaigrissants qui fournissent les mêmes calories à travers différentes sortes d’aliments, conduisent aux mêmes résultats de perte et de regain du poids.

Et ce, à cause de la faculté du cerveau à lutter contre la perte de poids.

Échec des régimes amaigrissants ?

Certains régimes amaigrissants contraignants poussent à réduire les portions alimentaires de façon extême

Après environ cinq ans, 41 pour cent des personnes ayant suivi un ou plusieurs régimes amaigrissants reprennent plus de poids qu’ils n’en ont perdu.

Et pire… ! Sur le long terme, les personnes ayant suivi un ou plusieurs régimes amaigrissants ont –dans les quinze ans à venir– plus de risques de devenir obèses que celles qui n’en ont jamais suivi.

Or les personnes génétiquement plus aptes à gagner du poids sont celles qui suivent des régimes amaigrissants…

En outre, ces études montrent qu’un seul régime amaigrissant augmente par deux les risques d’être en surcharge pondérale pour les hommes. Par trois pour les femmes.

Les femmes ayant suivi deux régimes amaigrissants ou plus, avaient cinq fois plus de risques d’être en surcharge pondérale.

D’autres recherches prenant le contre-pied des précédentes études ont montré que des adolescentes en surpoids, et n’ayant pas suivi de régime amaigrissant ont gardé un poids stable pendant plus de deux ans. Tandis que celles qui en avaient suivi un en ont gagné.

Pourquoi donc gagne-t-on du poids après un ou plusieurs régimes amaigrissants ?

Il y a deux réponses possibles à cette question.

• Tout régime amaigrissant crée du stress. La restriction des calories produit des hormones de stress –dont le cortisol–, qui agissent sur les cellules graisseuses afin d’augmenter la quantité de graisse abdominale.

• Ensuite, l’anxiété de prendre du poids liée aux régimes amaigrissants restrictifs augure une surconsommation alimentaire à la fin du régime. Et ce, afin de compenser les restrictions que vous vous êtes imposé(e). Cela conduit donc à une nouvelle prise de poids.

L'arrêt des régimes amaigrissants poussent à la suralimentation et à la prise de poids

Les régimes amaigrissants réduisent l’influence du système de régulation du poids de votre  cerveau. Ils vous poussent à vous fier aux règles plutôt qu’à la faim afin de contrôler votre alimentation.

Les personnes qui se nourrissent de cette façon deviennent plus vulnérables aux signaux qui leur dictent quoi manger.

Au final, si les régimes amaigrissants ne marchent pas, que vous reste-t-il ?

Quels choix vous restent-ils ?

Afin d’éviter les régimes amaigrissants, que décider ?

Ou vous cherchez à re-calibrer votre cerveau et votre biologie, et ce faisant vous ré-alignez votre conscient, votre inconscient et votre subconscient. Vous aurez peut-être, alors, besoin d’un(e) coach ou d’un(e) hypnothérapeute afin de vous aider à reprogrammer votre cerveau. Ou vous pourrez faire appel à un(e) praticien(ne) en neurosciences.

Si vous préférez vous débrouiller seul(e), vous devriez :

Manger en pleine conscience. C’est-à-dire, faire attention aux signaux indiquant la faim, ou la satisfaction. Sans jugement de soi. Et réapprendre à manger seulement autant qu’exige le système de régulation du poids du cerveau.

Les personnes qui mangent quand elles ont faim, et arrêtent de manger quand elles sont repues ont moins de risques d’être en surcharge pondérale. Elles parviennent à maintenir un poids stable dans la durée, et passent moins de temps à penser à la nourriture.

Manger en pleine conscience permet aux personnes ayant des problèmes de désordre alimentaire comme la goinfrerie, d’apprendre à manger normalement.

En fonction de votre point de positionnement, manger en pleine conscience peut –ou pas– réduire votre poids. Dans tous les cas, c’est un outil puissant pour maintenir la stabilité du poids sans privation.

Pour un compte-rendu plus détaillé sur ce sujet, téléchargez ICI le pdf :
Les 35 erreurs à ne pas commettre si vous voulez perdre du poids.

Ma question du jour :

Pensez-vous que manger en pleine conscience pourrait-vous aider à maigrir ? Ou avez-vous besoin d’aide ?

Téléchargez et lisez le PDF, il vous donnera de nombreuses options et façons de réfléchir sur certains comportements et attitudes causes de prise de poids.

D’ici là vivez pleinement

Réagissez. Donnez votre avis.
D’accord ? Pas d’accord ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.