Les régimes amaigrissants : qu’en pensent les neurosciences ?

Les régimes amaigrissants, presque tout le monde en fait. Ou en a fait un à un moment ou à un autre. Quel que soit son âge, son sexe, sa profession, sa nationalité…

Dans cette section du blog, je vais surtout m’intéresser aux méthodes facilitant la perte de poids de façon permanente. Toutefois, avant d’entamer la série d’articles sur cette thématique, il était important de dire un mot sur les régimes amaigrissants en général. Et le point de vue des neurosciences, ou recherches sur le cerveau, était tout indiqué pour servir d’introduction. 


Ce que l’on peut d’emblée constater, c’est que les neurosciences ont un point de vue très critique –quoique passionnant– sur les régimes amaigrissants.

Avez-vous jamais suivi un régime amaigrissant ? Ne serait-ce qu’une fois ? 
Rares sont ceux(celles) qui peuvent se vanter de n’en avoir jamais suivi un. Même quelques jours, après les fêtes.


J’ai moi-même suivi quelques régimes amaigrissants, surtout après l’hiver. Heureusement, il s’agissait simplement de revenir à mon poids habituel. Par contre, s’il m’avait fallu perdre du poids en plus, ç’aurait été une autre affaire. On verra plus loin pourquoi.


En effet, d’après les recherches en neurosciences, si vous avez suivi le moindre régime amaigrissant, ne serait-ce qu’une fois dans votre vie, c’est peine perdue, …et perte d’argent. Sinon, une terrible erreur. Lisez plutôt.

Les régimes amaigrissants, une erreur ?

Certains régimes amaigrissants incitent à manger léger, de préférence des pommes afin d'accélérer la perte de poids

Après les échecs retentissants de différents régimes amaigrissants promettant des pertes phénoménales de poids, de nombreuses études ont été menées, tambour battant, aux États-Unis. Comme on l’imagine, d’importants intérêts économiques et sanitaires étaient en jeu.

Ces recherches montrent que les régimes amaigrissants sont rarement efficaces sur le long terme. Ceci était déjà plus ou moins connu. Mais les révélations qu’elles ont apportées ont relancé le débat.

Quels sont ces nouveaux éléments ?

• Les régimes amaigrissants reposeraient tous sur une ignorance fondamentale, qui va au-delà de la simple erreur. Le corps veut constamment se maintenir dans une certaine échelle de poids. Toujours la même ! C’est son point de fixation, ou de positionnement. D’où la difficulté à vouloir le faire changer…

• La racine du mal dans l’insuccès de votre régime amaigrissant ce n’est pas votre manque de volonté, ou une soi-disant faiblesse de caractère. Autrement dit, ce n’est pas votre faute, mais celle des neurosciences. Plus exactement, celle du fonctionnement de votre cerveau.

Ceci ne vous condamne pas nécessairement à rester gros(se) le restant de votre vie. Il n’y a, en fait, aucune fatalité liée à votre condition. Toutefois, la solution ne passe certainement pas par un régime amaigrissant.

En voici l’explication :

Cette échelle de poids, –qui n’a rien à voir avec l’échelle de poids idéal– varie d’une personne à l’autre. Elle est déterminée par vos gènes et votre expérience de vie. Ce schéma se déroule sur trois niveaux : le cerveau, la biologie et la psychologie. Les trois agissent en interconnexion, et en fonction de vos actions ET de vos croyances. Et ce, en votre faveur, ou en votre défaveur.

Le cerveau est programmé pour regagner le poids perdu. Et ce, en dépit de tous vos efforts pour garder le poids désiré.

Au début de votre régime amaigrissant, vous êtes plein(e) d’énergie. Vous vous sentez bien. Vous commencez à perdre des kilos. Mais dès que la réduction des calories se prolonge, votre corps se mettra à acter comme si votre perte de poids était une menace potentielle pour votre survie. Ceci crée du stress organique, avec pour conséquence des réactions psychologiques engendrant des sentiments négatifs. Ce stress indique, en retour, au cerveau comment vous devriez agir.

Pour calmer le jeu, vous cesserez aussitôt votre régime, les exercices, …, et vous recommencerez à vous empiffrez. C’est ce que veut votre corps ! Le but étant de vous pousser à obtenir un plaisir immédiat afin de réduire le stress. Ainsi, vous retournez à la case départ : la suralimentation. Et à votre poids d’origine, …sinon plus.

Les régimes amaigrissants poussent à la suralimentation et aux repas riches en sucres et gras, consommé en grandes quantités

• Pour ce qui est de la biologie, votre corps est conditionné à travailler contre vous. En dépit de vos régimes amaigrissants et des exercices. Et ce, suivant les instructions du cerveau. En cas de réduction drastique de poids, votre organisme se mettra immédiatement à initier l’arrêt de la perte de graisse, pour contrer la famine dans laquelle vous vous installez volontairement. Pour, au final, entrer dans une phase de ralentissement de la perte de calories afin de prévenir toute perte d’énergie.

La biologie agit comme un thermostat. Et ce, afin de vous préserver des régimes amaigrissants basses calories. Elle fonctionne de façon auto-régulée afin de constamment retourner à sa zone de confort : son point de positionnement.

Pour ce faire, avec l’aide de la psychologie, elle vous fera répéter les émotions, les faits et les habitudes de confort que vous éprouvez à manger, afin de vous pousser à reprendre le poids perdu.
Le ralentissement métabolique de la phase biochimique et hormonale est, comme on le sait maintenant, cause de prise de poids, parce que vous brûlerez moins vite vos graisses.

• Pour ce qui est de la psychologie, –et même si cela peut vous paraître horrible– votre poids ne sera jamais différent de l’image intérieure cachée et des croyances inconscientes secrètes que vous avez de vous-même. En outre, votre corps ne sera jamais différent de ce que vous pensez devoir mériter –comme corps–, ou ressembler et ressentir –comme personne. Et ce, quel que soit le ou les régimes amaigrissants que vous puissiez suivre.

Votre inconscient va toujours ignorer vos objectifs conscients, votre volonté et votre persistance à perdre du poids. La plupart des personnes en surcharge pondérale, même si elles ont perdu du poids de façon significative après un régime amaigrissant, porteront toujours en elles l’image d’une personne en surpoids. Parce que leur cerveau a du mal à se mettre à jour avec leur nouvelle image d’une personne plus mince.

Votre image corporelle est beaucoup plus difficile à changer que votre actuel corps physique. Il faudrait au moins douze semaines pour l’améliorer. Et parvenir enfin à la nouvelle image corporelle et identité que vous désirez, et méritez.

Régime amigrissant : afin de garder constamment une taille mince, surveiller son poids

Comment établir votre objectif de poids ?

Si jamais vous désirez établir un objectif de poids, sans nécessairement faire de régimes amaigrissants, vous devrez faire en sorte que vos pensées, vos sentiments, vos émotions et vos actions coïncident exactement avec le poids désiré. C’est-à-dire avec l’image corporelle désirée.

Pour que cela fonctionne, il faudra que le cerveau et la biologie soient alignés afin qu’ils travaillent en votre faveur pour vous faire perdre les kilos superflus, et garder votre corps au poids désiré. Et ce sur le long terme. Sinon, quand les muscles de votre volonté se fatigueront, vous reviendrez, encore et encore, à votre poids initial !

Il vous faut donc en dernier ressort, aligner vos conscient, inconscient et subconscient, et re-calibrer votre inconscient afin de ralentir la prise de poids.

Dans l’article suivant, nous verrons plus en détail le mécanisme caché à la source de ces mouvements de balancier des régimes amaigrissants à répétition connus sous le nom d’effet yoyo.

Téléchargez ICI le PDF : Les 35 erreurs à ne pas commettre si vous voulez perdre du poids.

La question du jour :

Avez-vous suivi un, ou plusieurs régimes amaigrissants ? Avec quelle fréquence ?
Avez-vous regagné du poids après ?
Avez-vous réessayé, ou avez-vous jeté l’éponge ?

Comme le montre les neurosciences, c’est moins au niveau physique qu’au niveau de vos croyances que ça se passe.
Qu’en est-il de votre image corporelle ?
Si vous voulez vraiment perdre du poids, travaillez là-dessus. Éventuellement avec l’aide d’un(e) coach ou d’un(e) hypnothérapeute.

D’ici là vivez pleinement

Réagissez. Donnez votre avis. Commentez
D’accord ? Pas d’accord ?

Restons connectés

Inscrivez-vous pour être informé(e)s des nouveaux articles

Nous protégeons votre vie privée. Vos données restent confidentielles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *