Les kilos émotionnels : que faire ?

Les kilos émotionnels ou faim émotionnelle (emotional eating) est un phénomène selon lequel une personne mange pour des raisons autres que la faim (du ventre).

En d’autres termes, les kilos émotionnels renvoient spécifiquement à une tendance à se suralimenter en réponse à des émotions négatives.

Toutefois, on sait peu de choses ayant trait à la faim émotionnelle liée aux émotions positives comme la joie, l’enthousiasme, … 

De fait, les kilos émotionnels concernent aussi bien les dysfonctionnements alimentaires (boulimie, …) traités médicalement, que les personnes atteintes d’obésité et en surpoids.

Les kilos émotionnels naissent de ce qu'une personne consomme des aliments pour une autre raison que la faim.

Quoi qu’il en soit, la faim émotionnelle se manifeste essentiellement suite à certains comportements associés à la recherche de réconfort dans la nourriture lors de 

En effet, ce qui la caractérise c’est la compulsion à ingurgiter des aliments nocifs pour la santé, en l’occurence des nourritures riches en graisses et en sucres. 

Dans tous les cas, elle sert à combler un vide ou un besoin émotionnel non satisfait.

Et c’est en cela qu’il y a problème…

En résumé, les kilos émotionnels résultent d’une faim 

  • soudaine ou urgente ;
  • automatique (vous êtes indifférent(e) à ce que vous avalez) ;
  • orientée vers les aliments de réconfort ;
  • insatiable ;
  • non spécifique au ventre ;
  • qui conduit à la culpabilité, la honte ou au regret.

Et ainsi s’installe progressivement un cercle vicieux qui se repaît en permanence de ces émotions négatives.

Les kilos émotionnels : en souffrez-vous ?

Ces quelques questions vous permettront d’y répondre :

Mangez-vous 

  • davantage lorsque vous êtes stressé(e) ?
  • pour vous sentir mieux (pour calmer votre ennui, votre anxiété, …) ?
  • quand vous n’avez pas faim, ou êtes rassasié(e) ?
  • pour vous dédommager avec la nourriture ? 
  • pour vous sentir en sécurité ?

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les kilos émotionnels se déclarent : manger sans faim et l'estomac plein, pour se sentir mieux et calmer son ennui ou sa solitude, pour vous sentir en sécurité, …

Si vous y avez répondu « oui », il est temps de réagir… 

En fait, manger pour célébrer, fêter ou couronner un succès n’est pas une mauvaise chose en soi.

Cependant, lorsque cela devient votre mécanisme de défense émotionnelle instinctif –ex : vous précipiter sur une tablette de chocolat en cas de stress, ou vous jeter sur votre garde-manger après une mauvaise journée– il y a danger. 

En effet, vous vous enfermez dans un cycle pernicieux dans lequel la vraie source de votre mal-être n’est pas prise en charge.

En vrai, la faim émotionnelle –ou kilos émotionnels– ne peut être satisfaite ni

  • par la nourriture, ni
  • par un estomac plein. 

Et de fait, si manger crée un sentiment de bien-être momentané –dû à une augmentation de la sérotonine (l’hormone du plaisir) dans le sang–, les dispositions-déclics du désir de se gaver sont encore présentes.

En conséquence, petit à petit, vous 

  • désapprenez à bien vous alimenter ;
  • stockez les kilos ;
  • vous sentez de plus en plus impuissant(e) vis-à-vis de la nourriture et de vos émotions.

La meilleure façon d’y mettre fin, c’est d’identifier ces mécanismes déclencheurs.

Les kilos émotionnels et le stress

Les dispositifs-déclencheurs des kilos émotionnels sont relativement nombreux. 

Parmi eux, on compte :

  • Les habitudes d’enfance : vos parents vous récompensaient-ils d’un gâteau ou d’une glace quand vous vous comportiez bien ? ou vous amenaient-ils au restaurant quand vous aviez une bonne note en classe ? 
  • Les influences sociales : amis, collègues, … Déjeuner avec les collègues peut servir de soupape au stress, mais c’est aussi l’occasion de trop manger. Et les habitudes sont vite prises…
  • Le sentiment de vide : vous sentez-vous désœuvré(e), à sec ? La nourriture peut être un excellent moyen de combler ce vide.
  • Les émotions liées au gavage : se gaver sert en certaines occasions à faire taire les émotions négatives que l’on veut éviter d’affronter. 

Il existe des mécanismes déclencheurs des kilos émotionnels : les habitudes d'enfance, les influences sociales, le sentiment de vide, les émotions liées au gavage, …

Vous y retrouvez-vous ?

Toutefois, le stress est l’un de ces mécanismes-déclics les plus communs.

En effet, le stress chronique, l’anxiété créent les conditions qui activent dans le cerveau une réaction d’alerte ou d’alarme.

Le stress et le cortisol

Dès l’alarme, les glandes surrénales vont secréter du cortisol (hormone du stress). C’est lui qui vous permet de résister au stress quotidien.

Cependant, le cortisol éveille aussitôt des envies irrésistibles pour les nourritures salées (chips), sucrées (gâteaux, sucreries) ou grasses (frites).

De fait, ces nourritures produisent une décharge énergétique et de plaisir. 

Néanmoins, une abondance de cortisol met votre organisme en mode danger-famine. Et, sous la pression de ces « coups de fouet », le poussera à stocker l’énergie (sucre) sous forme de kilos.

Dans tous les cas, cette prise de masse grasse s’accumulera autour de la taille surtout chez les femmes. 

Par conséquent, pour vous en débarrasser, il sera bon d’apprendre à gérer votre stress.

Les kilos émotionnels : quoi faire ?

Les kilos émotionnels naissent du stress accumulé années après années. Celui-ci suscite des émotions pénibles et douloureuses auxquelles vous avez du mal à répondre.

Les kilos émotionnels naissent du stress accumulé années après années.

Dès lors, la recherche de réconfort ou d’apaisement vous pousse vers une compensation rapide sous forme de nourriture sucrée ou salée. 

Aussi, les kilos émotionnels s’installent pour longtemps.

Dans ces conditions, inutile d’entamer un régime. Il est voué à l’échec.    

Que faire pour s’en sortir ?

Plusieurs solutions s’offrent à vous. En voici quelques unes 

Tenez un journal sur vos kilos émotionnels : 

Si vous vous êtes concerné(e), commencez un journal qui 

  • relèvera quotidiennement les comportements attachés à votre faim émotionnelle ;
  • suivra votre consommation et vos états d’âme.

En outre, chaque fois que vous vous sentez attiré(e) irrésistiblement vers les aliments de réconfort, arrêtez-vous un moment pour analyser les raisons qui vous poussent vers eux.

Ainsi, en remontant en arrière, vous parviendrez à découvrir l’événement perturbant à l’origine de votre attitude.

Quoiqu’il en soit, notez tout dans votre journal (ce que vous vouliez manger, l’événement originel, …).

De telle manière, vous verrez émerger progressivement un modèle de comportement.

L’étape suivante, après cette identification, est de commencer à adopter des attitudes alimentaires saines.  

Pour lutter contre les kilos émotionnels, il est important de trouver des dérivatifs à la nourriture comme par exemple s'entourer d'amis, faire du sport, s'engager dans une association, …

Trouvez des dérivatifs à la nourriture

En voici quelques-uns pour lutter contre les kilos émotionnels

  • Vous vous sentez seul(e), entourez-vous d’ami(e)s et appelez-les au besoin ou adoptez un animal de compagnie.
  • Vous êtes anxieux(se), dépensez votre excès d’énergie en allant à la piscine, courez ou faites une marche rapide.
  • Vous êtes fatigué(e), prenez un bain, préparez-vous une bonne boisson chaude, enveloppez-vous dans la douceur des bougies sentives.
  • Vous vous ennuyez, lisez un bon livre, regardez une comédie, trouvez-vous un hobby (jouer d’un instrument, chanter dans une chorale, aider une association, …)

Apprenez à accepter vos sentiments, même les plus pénibles

Les kilos émotionnels découlent essentiellement de votre sentiment d’impuissance vis-à-vis de vos émotions.

Aussi, plutôt que de les affronter, vous vous tournez vers la nourriture.

En réalité, les émotions inconfortables effraient. Vous hésitez à ouvrir la boîte de Pandore, de peur de ne pas pouvoir la refermer.

Pour se défendre contre les kilos émotionnels, il est important d'accepter ses sentiments, même les plus douloureux ou pénibles.

Néanmoins, la vérité est que si vous leur faites face, elles se dissiperont rapidement d’elles-mêmes. Il suffit généralement d’en prendre conscience.

Pour cela, restez connecté(e) à votre présent, à vos émotions moment après moment. 

Dans ces cas-là, la méditation est excellente.

Ceci vous permettra d’endiguer votre stress et de corriger vos problèmes émotionnels qui déclenchent votre faim psychologique.

Mangez en pleine conscience

  • Évitez de regarder la télé quand vous mangez
  • Apprenez à goûter et mâcher vos aliments de façon à non seulement en tirer un maximum de plaisir, mais d’éprouver un sentiment de satiété.
  • Écoutez votre corps et sa faim (pas celle de vos émotions).

En conclusion

Afin de combattre les kilos émotionnels, le meilleur moyen est d’adopter de nouvelles habitudes et de transformer votre style de vie.

Le meilleur moyen de se libérer des kilos émotionnels est de changer ses habitudes et d'adopter un style de vie sain. Par exemple, méditer, dormir suffisamment, faire de l'exercice, …

  • Faites des exercices quotidiens une priorité afin de vous débarrasser du stress.
  • Dormez au moins 8 heures par nuit afin d’éviter des envies irrésistibles de sucre au réveil pour compenser le manque de sommeil.
  • Prenez le temps de vous relaxer : accordez-vous au moins une 1/2 heure de relaxation par jour pour vous détendre et souffler. C’est votre moment pour recharger vos batteries. 
  • Entourez-vous d’amis ou de relations : ne sous-estimez pas l’importance des activités sociales. Les personnes positives vous feront oublier le stress. 

Dans tous les cas, n’oubliez pas de consulter votre médecin…

Ma question du jour

Souffrez-vous de kilos émotionnels ? Sont-ils liés au stress ou à d’autres émotions ? Comment se manifestent-ils ?

Réagissez ! Êtes-vous d’accord ? Pas d’accord ? 

Partagez votre avis  

D’ici là, vivez pleinement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.