Les coupe-faim : est-ce vraiment efficace ?

Les coupe-faim, souvent recherchés pour leur action expéditive en cas de surpoids, sont surtout appréciés de ceux(celles) qui n’en sont pas encore venu(e)s à bout de leur constante fringale.  

En effet, les coupe-faim, qui font les beaux jours de l’industrie pharmaceutique, sont la méthode la plus radicale de perdre du poids en obtenant des résultats immédiats, quasi-instantanés. 

Néanmoins, ceux(celles) qui en consomment ne cherchent pas tant à perdre du poids qu’à en finir avec leur faim incessante. Leur unique objectif étant de combattre leur obsession de manger et, en même temps, de maigrir vite, sans trop se préoccuper des moyens d’y parvenir. 

Les coupe-faim sont une façon mécanique de leurrer l’estomac en le remplissant de faux nutriments. Ils font aussitôt cesser l’envie de grignoter et, ainsi, réduisent les apports caloriques quotidiens. L’autre avantage est, bien sûr, de garder la ligne.

Les coupe-faim sont souvent forme de gélules, mais il existe aussi des coupe-faim naturels dans notre nourriture quotidienne.

Toutefois, ces avantages sont peu efficaces, car les coupe-faim n’agissent ni sur la faim elle-même ni sur ses causes. Leur action temporaire doit se renouveler aussi longtemps que demeure la fringale. Et, à long terme, leurs effets sur la santé sont désastreux. 

Et de fait, non seulement le cerveau et l’estomac savent différencier les bons nutriments de ceux qui ne le sont pas, mais ces coupe-faim entretiennent le grignotage. Celui-ci n’étant que le symptôme d’un mal qui se loge ailleurs.

Autrement dit, les coupe-faim essaient de calmer une faim qui n’est pas dans l’estomac, mais dans la tête

Si vous devez en prendre, évitez les coupe-faim chimiques, très souvent anorexigènes, ou autres médications amaigrissantes comme les extraits thyroïdiens.  

1. Les coupe-faim naturels

Les coupe-faim, on en trouve facilement dans notre alimentation quotidienne.

Leur rôle est de gonfler dans l’estomac au contact de l’eau et de provoquer un sentiment de satiété. Les plus connus sont : 

   Certains aliments quotidiens, voire courants.

Ceux-ci font partie de notre alimentation usuelle. Attention : prenez-les de préférence avant de passer à table  :

  • L’eau, les amandes, la pomme (grâce à ses pectines) ;
  • Le chocolat noir 100% qui réduit l’action de la ghréline, l’hormone de l’appétit ;
  • Le pamplemousse, grâce à la vitamine C qui diminue l’appétit ;
  • La pomme de terre riche en fibres et en sucres lents favorisant une longue digestion ;   
  • Les lentilles et la levure de bière riches en protéines et en nutriments créant un effet de satiété. 

   Des substances rassasiantes.

Ces coupe-faim peuvent présenter certaines contre-indications. Dans tous les cas, ils devraient servir de coup de pouce temporaire lors d’un régime.  

  •  Le konjac, en poudre ou en capsule ; 
  • L’agar-agar, en gélule ou en poudre, peut être intégré à vos plats sucrés ou salés. 
  • Le fucus, riche en vitamines et en oligo-éléments. Son effet coupe-faim diminuera vos envies de gras et de sucré.
  • Le hoodia gordonii agit sur la faim grâce à sa molécule P-57, qui signale à l’hypothalamus que vous êtes rassasié(e). Disponible en gélules, sprays ou gouttes.

Les coupe-faims sont parfois composés de plantes comme le hoodia gordonii, qui influent sur les hormones de la faim.

   Des huiles essentielles

Elles sont à utiliser en inhalation ou par voie orale. Leur effet coupe-faim est moins connu. 

Les plus efficaces sont :

  • L’huile essentielle de mandarine permet de lutter contre vos fringales. Elle est excellente pour absorber les graisses des tissus adipeux et combattre la rétention d’eau. 
  • L’huile essentielle de pamplemousse ou autres huiles essentielles à base d’agrume offrent les mêmes résultats.
  • L’huile essentielle de clou de girofle ou de Cannelle de Ceylan permet de neutraliser vos fringales en agissant sur le système limbique (la zone du cerveau liée au comportement).
  • L’huile essentielle d’estragon, efficace pour diminuer la sensation de faim et pour combattre les ballonnements. Elle agit aussi sur la réduction de graisse au niveau de ventre et facilite le fonctionnement du système digestif.

Dans tous les cas, consultez un professionnel de la santé afin de vous guider dans leur utilisation.

2. Les coupe-faim façon grand-mère

Ce sont des recettes passées de génération en génération et ayant montré leur efficacité. Certes, ces coupe-faim ne sont pas nécessairement agréables au goût, toutefois, ils vous permettront de perdre du poids et/ou de couper votre faim. 

  • Consommer une pomme ou un blanc d’œuf juste avant de passer à table.
  • Les infusions au thym ou au thé vert, permettent aussi d’avoir un ventre plat.
  • Un verre d’eau de cuisson d’artichauts, possède également des vertus amincissantes.
  • Un verre de lait bouilli agrémenté d’ail, radical après les fêtes.
  • Du persil haché parsemé sur vos plats, excellent coupe-faim, agit sur les fringales.

De nombreux coupe-faims existent dans notre alimentation quotidienne comme les pommes, les amandes, les lentilles, la levure de la bière, …

3. Les coupe-faim, les hormones et les nouveaux éclairages scientifiques

Certains coupe-faim agissent sur votre organisme grâce à leur ingrédient naturel végétal. Parmi eux, on compte la pectine des pommes ou les vitamines (la C dans les agrumes et le persil), ou autres minéraux et nutriments. 

D’autres affectent temporairement les hormones, comme dans le cas du chocolat noir ou des fibres alimentaires, qui réduisent l’action de la ghréline, l’hormone de l’appétit.    

D’autres encore contiennent des molécules comme la P-57 du hoodia gordonii, qui agit directement sur l’hypothalamus.

L’hypothalamus est une petite zone du cerveau contrôlant la faim, grâce à la libération d’hormones soit orexigènes comme le ghréline qui stimule l’appétit, soit anorexigènes comme la leptine qui le réduit.

   L’apport de la recherche

Même si le hoodia gordonii est plus ou moins interdit en France à cause de possibles effets secondaires, le pas est franchi par la recherche scientifique.

En fait, en intervenant sur l’hypothalamus, des chercheurs ont dévoilé les agissements du « coupable ».

En effet, des études récentes ont montré qu’en activant ou désactivant le noyau tubéral latéral logé dans l’hypothalamus, on pourrait agir sur la faim. Il y existerait une sorte de « frein alimentaire » qui nous empêcherait de nous suralimenter. 

Apparemment, c’est vers l’activation de ce frein que s’orienterait la médecine. 

Toutefois, d’autres études neuroscientifiques ont prouvé que nous cerveau est programmé contre la famine, et que l’organisme regagnera de toute façon son poids de fixation ou d’ancrage.

Certains coupe-faim agissent sur l'hypothalamus. Des recherches ont montré qu'i contient un noyau tubérale latéral servant de frein alimentaire.

4. Les coupe-faim, perte de poids et neuroscience

Les coupe-faim ou autres méthodes d’éradiquer la faim s’appuie sur des assomptions erronées.

La faim ne relève pas uniquement du cerveau. 

L’inefficacité de produits comme les coupe-faim a été démontrée par de nombreuses études révélant que le corps cherchera toujours à se maintenir à son poids de fixation. La faim ne serait pour le cerveau qu’un moyen de nous y forcer. 

En effet, la faim –et donc le poids– fonctionne à trois niveaux : le cerveau, la biologie et les croyances. Voir pour cela notre article : Les régimes, qu’en pensent les neurosciences ?

Même si la médecine se charge d’enrayer l’action du noyau tubéral latéral, il n’en restera pas moins la biologie et vos croyances. 

   Revoir la conception de la faim

En cas de famine, votre organisme se mettra immédiatement à initier l’arrêt de la perte de graisse,  Et cela ne suffit pas, vos croyances vous renverront l’image intérieure cachée et des croyances inconscientes secrètes que vous avez sur vous-même.  

Les coupe-faim sont inefficaces face à l'image que vous avez de vous-mêmes, et aux croyances qui les accompagnent. C'est pourquoi seul le coaching marche dans cas-là.

Ceci n’est pas fait pour vous décourager de perdre du poids. Mais il vous faut choisir la bonne méthode.  

La faim relève d’un mécanisme bien plus profond que le fait de la supprimer par des procédés mécaniques. Dans nos sociétés de surconsommation, les causes de la faim sont plus étendues que le seul fait de s’alimenter. 

La faim participe d’une réalité sociétale : la solitude, le stress, la course à la richesse, …

C’est pour cela que si vous cherchez à vous défaire de votre faim, il faudra un autre moyen que les coupe-faim.

En tant que coach de bien-être, je peux vous aider tout d’abord vous alléger de toutes les causes de votre faim –croyances ou autres– et ensuite à perdre, sans efforts supplémentaires, tous les kilos qui ne vous appartiennent pas. 

Cliquez ICI si vous voulez obtenir une 1/2 heure de coaching gratuit. 

Et ainsi établir ensemble les première actions à prendre afin d’avancer vers votre but.     

Ma question du jour

Souffrez-vous de faims constantes ? Prenez-vous des coupe-faim ? Lesquels ? Sont-ils efficaces sur le long terme ?

Réagissez ! Êtes-vous d’accord ? Pas d’accord ? 

Partagez votre avis

D’ici là, vivez pleinement. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.