La chrono-nutrition : Que faut-il manger et quand ? (2ème partie)

Dans le premier article, j’ai évoqué les morphotypes propres à la chrono-nutrition. Il existe, en effet, d’autres catégories de morphotypes dont celles du psychologue américain William Sheldon qui distingue trois différents types corporels : endomorphe, mésomorphe et ectomorphe qui influenceraient notre vie.

La description des morphotypes de la chrono-nutrition a montré comment repérer les différents excès alimentaires de chacun, et la forme corporelle qui en découle.

L’article a également présenté les principes de bases à respecter autant que faire se peut.

Ici, je décrirai le régime-type proposé par la chrono-nutrition. Comment mettre en place une alimentation permettant de corriger les erreurs passées. Et surtout, de contrôler son poids. Ou éventuellement, en perdre.

Chrono-nutrition : l'importance de respecter les quatre différents repas de la journée

Comment organiser vos repas quotidiens selon la chrono-nutrition ?

Selon la chrono-nutrition, la bonne composition des repas sera la suivante :

Petit-déjeuner :

Fromage, pain, beurre, auxquels on peut ajouter œufs ou charcuterie.
Thé, café, infusion, … sans sucre, ni lait.
[Les quantités seront à respecter en fonction de votre taille. Par exemple, pour le fromage –indispensable pour un régime basé sur la chrono-nutrition– de 60 à 100g.]

Le petit-déjeuner devra être bourré de lipides –gras–, servant à fabriquer les parois cellulaires. Si vous n’aimez pas le fromage, remplacez-le par de la charcuterie.

Le sucre, carburant rapide, est à éliminer. Il cause le coup de pompe de la matinée, dû à l’hypoglycémie, ou chute du taux de sucre dans l’organisme. Par contre, il faudra accompagner le gras de sucres lents. Du beurre et du pain par exemple.

Petit-déjeuner-type en chrono-nutrition comprenant des corps gras (fromage) et des sucres lents (pain)

Déjeuner :

Viande et poisson, ou viande, féculents (riz, pâtes, frites,…) ou parfois, légumes verts.
La règle à respecter ici, en chrono-nutrition, est de manger dense. En privilégiant le plat unique.

Il devra être court, solide et efficace. Se composer de protéines animales et de féculents. (Moins de lipides qu’au petit-déjeuner.) Et d’une petite quantité de protéines végétales.

Pas d’entrées, pas de salade, pas de fromage, ni de dessert, pas de pain, pas de vin.

Commencez votre repas avec la viande (rouge, blanche, ou noire : le gibier) qui calmera votre appétit. Réduisez les viandes grillées, à cause du risque de cancer du côlon.

Les féculents seront tous les légumes produisant de la farine : pommes de terre, riz, pâtes, …), légumes secs, légumes frais (petits pois, fèves fraiches, …).

En règle générale, si vous avez faim, augmentez la part de viande, jamais celle de féculents.

Pour les végétariens –et ceux qui n’aiment pas la viande–, prenez du poisson très gras avec un peu de fromage en entrée, ou des œufs avec des féculents riches (pâtes, lentilles, pois chiches).

En chrono-nutrition, le déjeuner se compose de viande et de féculent, parfois de légumes verts

Goûter :

Comme le petit-déjeuner, le goûter a un rôle régulateur de l’appétit. C’est lui qui satisfait l’apport énergétique quotidien dont a besoin l’organisme. Il est donc incontournable. C’est un coupe-faim.

Il est important d’attendre d’avoir faim pour le prendre.

Le goûter comportera des protéines, des corps gras végétaux, des sucres et des fibres. Évitez toutes les protéines animales (beurre, crème et lait) et tous les aliments qui en contiennent (viennoiseries, yaourts, pâtes à tartiner, …)

Consommez plutôt comme gras végétal : du chocolat, des graines non salées (noix, noisettes, pistaches, …). Et des fruits –sauf la banane, à réserver pour l’effort–, frais ou secs (abricots, dattes, …), de la confiture ou de la compote, …

N.B. : Ne sautez pas le goûter. Il est aussi obligatoire que le dîner est facultatif. Rien n’empêche de manger le gras végétal au goûter, et de faire un dîner de fruits à volonté.

Dîner :

Poisson ou fruits de mer à volonté, ou très peu de viande blanche. Et des légumes verts.
Le dîner n’est en aucun cas obligatoire. Si on en prend un, il sera léger. Avec cette règle à respecter :

Le dîner sera toujours plus riche en protéines animales qu’en végétaux. Et son composant principal sera sans conteste, le poisson ou les fruits de mer.

Les légumes verts sont toutes les plantes potagères autres que les farineux : carottes, navets, choux, poireaux artichauts, courgettes, …
Ils pourront à l’occasion être remplacés par de la salade.

Ne jamais consommer de potages, d’œufs, de charcuteries, et surtout pas de yaourts.

Le yaourt est formellement contre-indiqué le soir, à toute heure du jour et de la nuit. Vous pourrez éventuellement en prendre un, nature et au lait entier, une fois par semaine, le matin.

S’il se produit un creux le soir très tad, prenez une tisane au goût sucré au lieu d’un fruit.

Dîner léger type en chrono-nutrition fait de poisson grillé et de légumes

Soyez à l’écoute de votre corps

Selon la chrono-nutrition, pour rester mince, en ayant du plaisir à manger des plats variés au cours des quatre repas de la journée, soyez à l’écoute de votre corps. Il en sait plus long que vous.

Les messages à capter :

• Si vous avez très faim au dîner, c’est que vous avez :
– sauté le petit-déjeuner ou le goûter (grave erreur) ; ou
– négligé votre déjeuner à midi ; ou
– vos repas n’ont pas été assez riches en lipides animaux le matin, en protéines animales le midi, ou en gras végétaux au goûter.
Pour y pallier, il faudra manger autant de poisson gras que votre faim l’exigera.

• Si vous n’avez pas faim le matin, c’est que vous avez trop mangé le soir d’avant.
Dans ce cas, il faudra quand même vous forcer à prendre un petit-déjeuner. Sinon vous serez affamé(e) à midi, et vous empiffrerez.

• Si vous vous sentez encore lourd(e) d’agapes de la veille, ne sautez pas le déjeuner. Sinon, vous serez obligé(e) de prendre votre goûter plus tôt. Ce qui vous ramènera au dîner trop copieux. Et aux problèmes de la veille…

Quelques suggestions de menus de la chrono-nutrition : pour une semaine, ou encore ici.

La leçon à retenir en chrono-nutrition

Toute carence, voulue ou non, sera suivie par l’organisme d’un restockage aussi méticuleux qu’indésirable. Et tout stockage n’entraînera jamais le phénomènes inverse. Vous garderez vos centimètres autour de la taille (ou ailleurs) et vos kilos.

Donc attention aux écarts !
Bon appétit

Ma question du jour :
Seriez-vous tenté(e) par la chrono-nutrition ? Pourquoi ?

Le grand intérêt de cette méthode est d’insister sur la diversité des aliments composant un repas. Diversité que la plupart d’entre nous a tendance à oublier, et qui est cause de dysfonctionnements au niveau de la santé.

D’ici là vivez pleinement

Réagissez. Donnez votre avis.
D’accord ? Pas d’accord ?

Restons connectés

Inscrivez-vous pour être informé(e)s des nouveaux articles

Nous protégeons votre vie privée. Vos données restent confidentielles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *