L’alimentation intuitive : Adieu les régimes ?

L’alimentation intuitive, concept créé par deux diététiciennes californiennes, apporte une nouvelle perception de l’alimentation en général et du corps en particulier.

Cette approche innovante a été créée par réaction contre les régimes amaigrissants et d’une certaine façon grâce à l’avancée des neurosciences

En effet, les neurosciences ont montré que : 

  • le corps est beaucoup plus intelligent que l’on ne croit. En outre, 
  • il est programmé pour revenir constamment à son poids de base. (Voir mon article sur les neurosciences.) 

D’où les échecs répétés des régimes amaigrissants.

En fait, les régimes –façon mécanique de perdre du poids– reposent sur plusieurs erreurs graves :

  • L’absence de prise en compte de la faim ;
  • La diabolisation de certains aliments ;
  • Les interdictions de toutes sortes ; 
  • Les privations ; …

Or ces restrictions sont à l’origine de 

  • difficultés à perdre du poids durablement, et 
  • la reprise immédiate des kilos perdus. 

L'alimentation intuitive, allant à l'encontre des régimes, permet de choisir ce que l'on veut manger quand on veut manger

L’alimentation intuitive prend le contre-pied de ces méthodes répressives et place l’accent justement sur les « zones d’ombre » des régimes amaigrissants qui entretiennent la reprise de poids.

Ainsi, pour ceux-celles qui veulent maigrir et pour qui les régimes ne marchent pas, l’alimentation intuitive est la solution idéale. 

Lire la suite de “L’alimentation intuitive : Adieu les régimes ?”

La gourmandise, l’ennemie du régime ?

La gourmandise, c’est paraît-il un vilain défaut, voire l’un des sept péchés capitaux. La gourmandise a donc mauvaise réputation. Et si vous l’êtes, vous risquez de brûler en enfer pour l’éternité ! 

En fait, n’importe qui peut être accusé de gourmandise dès que l’on fait preuve d’appétit. Car il y aura toujours quelqu’un pour vous le rappeler. 

Ce qui est pire dans ces cas-là, c’est moins le fait de montrer votre appétit que celui d’afficher du plaisir à manger ce qui vous est servi.

Si, en effet, vous aviez simplement un bon coup de fourchette, vous seriez considéré(e) comme un gros mangeur. C’est tout. En fait, ce qui est condamné –et condamnable– ici, c’est le plaisir que vous ressentez à manger.

La gourmandise est considérée comme un vilain défaut. Et pourtant, il n'en est rien. C'est simplement éprouver du plaisir à manger ce que l'on aime.

Vous serez jugé(e) de gourmandise pour ce plaisir –sans doute inconsciemment lié dans les esprits à la sexualité– car il est tabou.

Et c’est ainsi que la gourmandise se reliera dans votre esprit à la culpabilité

Lire la suite de “La gourmandise, l’ennemie du régime ?”